L’avènement du Design Thinking et son intégration à la sphère RH

La révolution digitale est en marche ! Le fossé tend inexorablement à se creuser entre ceux ayant embrassé positivement l’idée d’avancer avec leur temps ; et les derniers réfractaires qui peinent de plus en plus à garder un avantage compétitif à cause d’un modèle organisationnel anachronique. Cette révolution digitale accélère la transformation en profondeur des entreprises. 

Kévin Auguste

Kévin Auguste

Spécialiste de projets RH

Share on linkedin
Share on facebook
Share on twitter

La révolution digitale est en marche ! Le fossé tend inexorablement à se creuser entre ceux ayant embrassé positivement l’idée d’avancer avec leur temps ; et les derniers réfractaires qui peinent de plus en plus à garder un avantage compétitif à cause d’un modèle organisationnel anachronique. Cette révolution digitale accélère la transformation en profondeur des entreprises. S’adapter à cette réalité signifie toujours plus de flexibilité, d’agilité, de souplesse…et même s’il est vrai que c’est dans les vieux pots que l’on fait les meilleures soupes ; il demeure peu probable que les méthodes de travail et de réflexion héritées d’un autre temps puissent apporter une réponse adaptée aux enjeux actuels. Les avancées technologiques exacerbent le besoin d’innovation et il n’est plus uniquement question d’outils ; mais également de façon de procéder.

La tendance est au développement de modes de travail collaboratifs et à la création de synergies. C’est ce que propose le Design Thinking, méthodologie empruntée au mode opératoire des designers, qui se veut être une approche de la conception à la fois innovante et empathique. Le point de départ étant sans conteste le besoin des individus et la mise en place d’une méthodologie permettant aux collaborateurs de s’exprimer et de confronter de façon collégiale une idée d’amélioration ou un nouveau concept porteur.

Grands principes et étapes clés

Le Design Thinking permet de faire collaborer des profils très disparates – les ingénieurs se mêlent aux vendeurs, les RH avec les acheteurs, l’IT avec la logistique- l’idée étant de combiner aux mieux les compétences intuitives des uns avec les compétences analytiques des autres dans une savante manifestation du cerveau collectif. Le Design Thinking s’impose comme une méthode structurant la réflexion tout en favorisant l’empathie et la pensée associative.

En pratique, le Design Thinking consiste en premier lieu à pousser un groupe de collaborateurs à rentrer en empathie avec un client final donné, à se projeter dans ses attentes. Ceci permet d’identifier une problématique particulière et ce dans un contexte ou environnement précis. S’en suit une phase appelé de « créativité » où chacun s’affaire à identifier un concept de résolution ; puis vient la phase de prototypage qui embraye sur la matérialisation du concept.

L’intérêt de cette méthode tient, en partie, à un travail non linéaire ; une fois un concept ou un mode opératoire identifié on se permet de le tester en situation réelle par itération en y apposant un principe d’amélioration constante. On constate au travers de cette méthode la puissance du droit à l’erreur grâce aux phases prototypage. Le test de solutions non finalisées permet de matcher au plus près les attentes du terrain ainsi que de susciter une réflexion sans barrières ni brides de la part des collaborateurs.

En somme le Design Thinking est une méthode d’innovation participative qui se veut décomplexée, libéré des strates de la hiérarchie ; favorisant un décloisonnement inter-département et exacerbant la créativité du cerveau collectif dans l’optique de trouver et de tester des solutions innovantes répondant un problème concret.

Intérêt pour les RH :

Il appartient aux ressources humaines d’être les moteurs ou les vecteurs de ce type d’initiative ainsi que de développer cette posture collaborative au sein de leurs organisations.

Et les avantages sont nombreux : fin des silos, décloisonnement, phénomène de co-création entre départements stimulant la productivité et le sentiment d’appartenance ; le sentiment pour les collaborateurs d’être impliqués dans un projet qui les dépassent. Sans compter sur l’aspect ludique de la démarche qui n’a rien à envier à des séminaires de cohésion ; la différence résidant dans le résultat produit. On aboutit après une journée de partage, de confrontation de points de vue, d’identifications de problèmes et de résolutions en équipe, à un prototype utilisable et satisfaisant un besoin client tout en ayant renforcé l’idée, chez les collaborateurs, qu’ils ont le pouvoir d’être acteur du changement.

Et lorsque l’on parle de clients internes, la puissance de la méthode raisonne aux oreilles des RH. Pourquoi ne pas appliquer une méthode aussi productive et génératrice d’idées neuves au sein même de la fonction RH pour faire émerger de nouvelles offres RH ? Les cordonniers ont beau être les plus mal chaussés ce n’est pas de cette oreille dont l’a entendu l’équipe RH de Cisco. Ces derniers ont été à l’initiative d’adopter le Design Thinking pour le redesign de leurs processus RH. Ce qui a permis d’identifier en moins de 24h plus de 105 solutions RH testables et applicables au niveau global pour les 71000 employées sur un format engageant pour les collaborateurs et couvrant des thématiques allant de la gestion des talents, du leadership, de l’intégration de nouveaux collaborateurs en passant par des idées novatrices en matière de formation et de digital Learning.

On observe sur le marché de l’emploi aujourd’hui une tendance grandissante à se préoccuper des souhaits des candidats ; de leurs façons de travailler ou de concevoir le travail ; de leurs aspirations professionnelles… l’attitude des candidats change vis à vie du monde travail et le monde du travail peut et doit prendre en compte cette évolution en adaptant ses modes opératoires. Le Design Thinking lorsqu’appliqué à la sphère RH est une option originale qui permet de libérer la créativité dans l’idée de délivrer la meilleure expérience candidat ou salarié.

Les équipe RH peuvent d’ores-et-déjà de préparer à un impact grandissant de ce type de méthodologie collaborative car elle permettra, à ceux qui se prêtent au jeu, de tacler de façons originale et efficace des thématiques variées tel que le design organisationnel, le digital Learning, l’engagement salariés, la digitalisation des RH… autant de thèmes d’actualité pour les entreprises en recherche de compétitivité ou à l’affut de facteurs différenciants pour gagner la guerre des talents.

Alors que beaucoup d’entreprises aujourd’hui sont encore confronté à une forme de latence dans l’adhésion aux outils digitaux le débat se décentre déjà pour les plus novateurs. Pendant que certains se demandent pourquoi ils doivent opérer la bascule digitale d’autres se demandent comment intégrer ses nouveaux outils comme des moyens d’accompagner les pratiques de collaboration créative.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dolor. dolor consequat. Aliquam eget commodo velit, felis porta. elit.